SUIVRE SES CONVICTIONS !

Tout est dans l’adverbe Aliter. C’est d’un historien grec, Hérodote, que nous retenons l’adage : « Eadem sed aliter » c’est-à-dire « la même chose mais autrement ». La société Aliter Invest se donne cet objectif : faire en sorte que les investissements de nos clients aient une deuxième valeur ajoutée. Viser la rentabilité, certes, mais toujours en cherchant du mieux possible une cohérence avec les convictions des investisseurs.

Aliter se prononce aliterre, comme cette planète qui nous porte et que nous voulons respecter grâce à nos investissements responsables.

La même chose mais autrement, nous œuvrons avec ardeur pour réveiller la finance, afin qu’elle soit considérée comme un élément capital du progrès humain vers l’autre, et même le Tout-Autre.

Imre de Habsbourg-Lorraine


Rome… Nous y allons souvent, rencontrer des personnalités engagées au plus haut niveau au service de la dignité de l’homme. Récemment, Guillaume d’Alançon, directeur de la communication d’Aliter Invest, représentait la société à l’occasion du voyage du Bien Commun. Le pape François nous a adressé des propos vigoureux : « Il n’est pas facile, tous les jours, de concilier les exigences de la foi et de l’enseignement social de l’Église avec les nécessités et les contraintes qu’imposent les lois du marché et de la mondialisation ». Il ajoutait que là se trouve le « lieu d’un authentique et irremplaçable témoignage chrétien ».


NOTRE REVUE DES MARCHÉS : ET MAINTENANT ?

Après une année 2018 difficile, l’année 2019 restera dans les annales comme la plus favorable depuis 2009… +30% pour les actions mondiales (MSCI W EUR), et +6.8% pour les obligations en devise locale, même l’or s’est apprécié de 21% en EUR. Pourtant, la croissance mondiale a été plusieurs fois révisée à la baisse (2.9% en 2019 contre 3.5% anticipés par le FMI), et la croissance des bénéfices des entreprises a été pratiquement nulle en 2019, voire négative (+0.2% aux USA, -5% en Europe).

Alors pourquoi cette hausse des marchés ? Essentiellement du fait que les craintes d’il y a un an – hausse des taux aux Etats-Unis, ralentissement économique de la Chine, conflit commercial entre les Etats Unis et la Chine, élections européennes avec une crainte populiste, conséquences néfastes du « Brexit » – ne se sont pas matérialisées. La surprise la plus importante du point de vue des marchés a été l’activisme des banques centrales et la baisse des taux aux Etats Unis à trois reprises, alors qu’il y a un an deux hausses étaient anticipées.

Et pour 2020… ? Les économistes s’accordent à dire que l’économie devrait rester robuste (le FMI table sur une croissance de 3.4%) et les bénéfices des entreprises devraient reprendre des couleurs. Aussi, les flux financiers se dirigent de manière croissante vers les actions et l’immobilier du fait de la faiblesse des rendements obligataires. Ceci devrait supporter le cours des actions tant que les taux d’intérêt restent bas.

Mais, les événements socio-politiques sont difficiles à prévoir. 2020 nous réserve son lot de surprises de toutes sortes : si l’incertitude qui entourera les élections américaines de novembre est prévisible, l’offensive du coronavirus nous fait mesurer la vulnérabilité de notre système. Donc la prudence reste de mise.

Eric Behaghel, Senior Advisor @Multiplus

1 Comments

Write a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous et restez informé