ILS ONT UN AVIS SUR LA FINANCE… ET NOUS LE PARTAGENT !

Un tailleur de pierres, une créatrice, un moine, un directeur de centre au service des handicapés … nous confient leurs convictions.

Pierre Malissin, tailleur de pierres, Compagnon du Devoir, gérant de www.atelier-st-thomas.com

« La finance est pour moi le marché de l’argent (sic) qui n’est pas pour rien dans l’existence des cathédrales… La finance doit permettre le développement de l’économie et ne doit pas fonctionner en hors-sol ! »


Ségolène d’Ussel, fondatrice et gérante de www.faire-part-elegant.fr

« Le beau élève vers le bien. C’est la raison d’être de notre travail… et la finance doit servir ce dispositif vertueux. Sans le nerf de la guerre rien n’est possible, sans doute, mais l’argent est appelé à rester à sa juste place et ne doit jamais devenir un maître. Sinon le beau deviendra laid… et l’élégance grossière. »


Philippe de Lachapelle, directeur de l’Office chrétien des personnes handicapées, www.och.fr

« Les personnes fragiles nous révèlent que la seule vraie richesse c’est l’autre. Or, tous nous sommes capables de nous couper de l’autre à cause de fausses richesses… Oui, la finance doit absolument se mettre au service de tous, à commencer par le plus fragile ; elle servira ainsi le bien commun. »


Eric Thibault, directeur du Foyer de l’Arche d’Ile-et-Vilaine, www.larche-lolivier.com

« Ne pas enfouir son talent mais faire fructifier de façon habile ce qui nous est confié… Si nous voulons partager des richesses, encore faut-il les créer ! Cela doit nous conduire à un engagement radical pour adapter les règles de la finance au service du bien commun, à soutenir une culture de la performance plutôt que d’un assistanat avilissant, à souscrire à des formations exigeantes et assumer un professionnalisme rigoureux ! »


Père Jean-Baptiste, de l’abbaye sainte Marie de Lagrasse, www.lagrasse.org

« La finance doit être une servante de la charité, un moyen de faire rayonner l’Evangile par la renaissance de notre abbaye millénaire et d’aider les pauvres. Mais la finance peut devenir aussi un dieu séducteur si elle n’est pas vécue dans la fidélité à notre vœu de pauvreté. Elle doit permettre de développer l’économie, aussi bien des gens modestes par un petit livret que des grandes entreprises avec leurs grandes opérations boursières. Mais trop souvent elle séduit pour elle-même et entraine les hommes dans la fascination de l’avoir au détriment de l’être, du pouvoir au détriment du don, de l’individualisme au détriment du bien commun. »


 

LE CONSEIL DE FRANCOIS MICHELIN

Retrouver le sens que nous voulons donner à notre argent, à votre patrimoine, est inséparable de l’histoire des mots que nous utilisons. Celui qui fut l’un des plus grands patrons français du vingtième siècle, nous voulons parler de François Michelin (+2015), disait volontiers que pour optimiser son rôle à la tête de l’entreprise il se référait régulièrement, au dictionnaire, le Littré plus précisément. En s’attachant au sens des mots, à leur étymologie, il voulait rendre toujours plus efficace sa communication, sa gestion des hommes et des ressources.

Nous le percevons et le comprenons d’expérience, la finance n’échappe pas à cette « règle ». Son étymologie la rattache à l’ancien français finer qui signifie finir, s’acquitter de, payer.

Par la finance, l’homme peut accumuler les ressources qui permettent de réaliser ses projets. La finalité de la finance n’est donc pas l’accumulation de ces ressources, mais bien la possibilité de « s’acquitter » et de « finir » ces projets. C’est lorsque ces projets sont beaux, finalisés par le bien et le vrai, que la finance trouve son sens et sa cohérence éthique.

POUR ALLER PLUS LOIN…

Et alimenter notre réflexion, voici ci-dessous une sélection de trois contributions qui nous semblent pertinentes :

Inscrivez-vous et restez informé